Les origines de bouddha

Photo de statues du bouddha en or

Le terme bouddha, en sanskrit, signifie « celui qui est illuminé ». Il y a plus de 2 000 ans, celui qu’on appelait Bouddha naissait. Bouddha est l’un des personnages historiques les plus célèbres. Il avait donné naissance à  l’un des courant spirituel les plus importants de l’humanité.

Qui est Bouddha ? Quand et où est-il né ? Quelles sont ses pensées ? Qu’est-ce que le bouddhisme ? Plusieurs questions reviennent sans cesse lorsqu’on évoque la vie de Bouddha.

Qui était bouddha

Bouddha est un personnage ayant une vie enveloppée de mystère. La plupart des historiens croient que le Bouddha historique a effectivement existé. Néanmoins, nous savons très peu sur les détails de sa vie.

Ce personnage a laissé derrière lui un vaste héritage fondé autour des notions de bonté, de paix et de satisfaction. 

Voici un résumé de l’histoire de bouddha:

Une naissance royale

Le futur Bouddha de son nom de naissance « Siddhârta Gautama » est né durant  le Vème ou le 6eme siècle avant J.C à Lumbini ( le Népal). C’est le fils du Roi « Suddhodana », le roi du clan « Shakya ». Sa mère, la reine « Maya » est morte après sa naissance. 

La vie de prince du Bouddha et son évolution en guide spirituel

Une prophétie entre guerre et spiritualité

Lorsque le prince Siddhârta était un nourrisson, un saint homme, en voyant le bébé a prophétisé que le prince réaliserait de grandes choses dans sa vie. L’homme prédit que Siddhârta deviendrait soit un puissant chef militaire, soit un chef spirituel.

Craignant que ce dernier soit gênant pour son royaume, son père pris alors la décision de le protéger du monde réel et de la souffrance humaine ainsi jamais il ne serait en mesure de prendre les armes.  Le roi envoya donc son fils dans un environnement luxueux protégé de tous les mots du monde, une sorte cage dorée.

La découverte de la souffrance

Le prince atteint l’âge de 29 ans sans connaitre le monde en dehors des murs du palais. Sachant que l’univers était bien plus vaste, le prince Siddhârta demanda un jour à un conducteur de char de l’emmener se promener  à travers la campagne. Il pu ainsi constater la différence entre sa vie et la réalité.  Le premier jour il vit un vieil homme décrépit, un malade et enfin un mort. Il fut bouleversé de réaliser que la vieillesse, la maladie et la mort allaient frapper tous ceux qu’il aimait et lui même. Ainsi ce fut sa première prise que conscience de l’impermanence de la vie.  Il continua ses excursions et fut témoin de plusieurs phénomènes naturels engendrant de la souffrance et fut  profondément affecté.

Suite à ces expériences , le prince passa des mois à errer dans les jardins du palais, seul et en réfléchissant sur le monde qu’il avait découvert tardivement, et sur toute cette souffrance qu’il voyait et dont il ignorait l’existence.

Ne trouvant aucune réponse juste, Il prit la décision de quitter ses habit de prince de rendre toutes ces possession à son père et  partit en errance à travers le nord est de l’Inde, visitant des sages, et étudiant les concepts de Samsara (réincarnation), Karma (loi de cause à effet), et Moksha (délivrance) .  

Au cours des six années qui suivirent, il rencontra de nombreux professeurs de méditation et apprit leurs techniques.  Malgré cela l’ex prince n’arrivait toujours pas à comprendre la vrai nature de l’esprit, ce même esprit qui était pour lui  à l’origine de la souffrance des hommes.

Finalement, Durant son errance il atteint Bodhgaya, le futur Bouddha décida de rester en méditation jusqu’à ce qu’il connaisse la vraie nature de l’esprit et puisse en faire bénéficier à tous les êtres vivant. Après avoir passé six jours et six nuits en profonde méditation, il atteint l’illumination le matin de la pleine lune de mai, une semaine avant ses trente-cinq ans.

Au moment de la pleine réalisation, tous les voiles des sentiments et des idées  préconçu qu’on lui avait inculqué  se sont dissous. Bouddha a fait l’expérience de l’universalité du ici et maintenant. Toute séparation dans le temps et l’espace disparut. Le passé, le présent et le futur, proches et lointains, se fondirent en un état radieux de béatitude intuitive. Il devint une conscience intemporelle, omniprésente. À travers chaque cellule de son corps, il savait et était tout. Il est devenu Bouddha, l’Éveillé.

sources: http://www.centrebouddhisteparis.org/

La sagesse de bouddha

Peinture représentant la sagesse du bouddha
L’enseignement du Bouddha

Bien qu’éprouvant au premier abord une importance résistance à enseigner, estimant que ce qu’il avait réalisé ne pouvait pas être communiqué par la parole, Bouddha finit par accepter 5 disciples, à qui il enseigna ce que l’on appelle aujourd’hui les quatre nobles vérités.

Plutôt que d’enseigner des doctrines sur l’éveil, le Bouddha choisi de prescrire une pratique à travers de laquelle n’importe quelle personne pouvait réaliser l’illumination par et pour lui-même.  

La mort de bouddha

Le Bouddha Shâkyamuni a quitté sa vie en étant couché sur le côté droit et en soutenant sa tête avec sa main droite, une position connue sous le nom de Mahaparinirvasana. Sa dernière instruction à ses disciples était d’être une lumière pour soi-même », en plaçant une fois de plus la responsabilité sur l’individu. Dans ce relief d’un stupa du Gandharan, la forme tranquille du Bouddha couché forme un contraste dramatique avec les disciples du matin, qui se montrent dans des attitudes contrariées de chagrin. Un seul moine, conscient des enseignements du Bouddha, est assis en méditation paisible.

représentation de la mort de bouddhaBouddha et la méditation

Important: Bouddha n’a pas inventé la méditation, elle existait déjà dans la tradition hindoue, et le Bouddha lui-même l’utilisait comme moyen d’éveil. Mais la médiation est l’un des fondements de la philosophie Bouddhiste. Bouddha a passé une période de sa vie à pratiquer la méditation afin d’atteindre la nirvana. La méditation bouddhiste correspond à deux mots : Sanskrit bhâvanâ ( cultiver et développer) et Gom ( se familiariser avec ses qualités). Pour Bouddha, la méditation une pratique posturale et mentale relaxante. Les preuve ? Les statuts  représentant le Bouddha historique en train de méditer. C’est grâce à la méditation sous l’arbre de la Bodhi que Bouddha a pu atteindre l’éveil  et l’illumination.

L’illumination du Bouddha

A noter que la pratique de la méditation ait  un grand impact sur la psychologie en rendant la personne plus calme, plus heureuse, moins réactive et donc capable de vivre longtemps et en excellente santé.

Les 4 nobles vérités du bouddhisme:

Le bouddhisme est à la fois une science et un art. En tant que science, le Bouddha nous enseigne les lois qui régissent notre nature, notre vie. Le Bouddha nous enseigne la structure de l’esprit humain, le fonctionnement de notre esprit et comment l’esprit peut être systématiquement cultivé. Le bouddhisme, en tant que science, enseigne les lois qui régissent le comportement de l’homme basé sur l’esprit.

Les quatre noblre vérités sont peut-être la formulation la plus élémentaire de l’enseignement du Bouddha. Elles sont exprimées comme suit :

Noble vérité #1:

1. Toute existence est dukkha. Le mot dukkha a été traduit par « souffrance », « angoisse », « douleur » ou « insatisfaction ». Le Bouddha a compris que notre vie est une lutte et que nous ne trouvons pas le bonheur ou la satisfaction ultime dans ce que nous vivons. C’est le problème de l’existence.

Noble vérité #2:

2. La cause de dukkha est le désir. La tendance naturelle de l’homme est de rejeter la responsabilité de ses difficultés sur des choses extérieures à lui-même. Mais le Bouddha dit que leur véritable racine se trouve dans l’esprit lui-même. En particulier, notre tendance à saisir les choses (ou à les repousser) nous met fondamentalement en désaccord avec la vie telle qu’elle est réellement.

Noble vérité #3:

3. L’arrêt de dukkha vient avec l’arrêt du désir. Comme nous sommes la cause ultime de nos difficultés, nous sommes aussi la solution. Nous ne pouvons pas changer les choses qui nous arrivent, mais nous pouvons changer nos réponses.

Noble vérité #3:

4. Il y a un chemin qui part de dukkha. Bien que le Bouddha rejette la responsabilité sur l’individu, il a également enseigné des méthodes par lesquelles nous pouvons nous changer nous-mêmes, par exemple la noble voie octuple.

Les fondements de l’enseignement de bouddha:

Bouddha enseigne l’origine dépendante, les cinq agrégats, la structure de l’esprit humain, le Nibbana (l’état sans mort) et Kamma la théorie de la cause et de l’effet. Cette science du mentale comprend également la coordination de l’expérience humaine, sous une forme systématique et logique, les énoncés des lois générales, leur utilisation dans la prédiction et la poursuite des recherches sur la base de nouvelles expériences.

Les 3 refuges du bouddhisme le triples joyaux:

Un refuge est un endroit où l’on peut se réfugier pour se protéger, comme un abri dans une tempête. Se réfugier ne signifie pas fuir la vie. Cela signifie vivre la vie de manière plus complète et plus vraie.

Le Bouddha savait qu’il serait difficile pour les gens de suivre ses enseignements par eux-mêmes, il a donc créé les trois refuges sur lesquels ils peuvent compter. Si une personne veut devenir bouddhiste, elle doit se réfugier dans le Bouddha, le Dharma et la Sangha et compter sur eux. Ceux-ci sont connus sous le nom de Triple Joyau.

La Sangha

La Sangha, ce sont les moines et les nonnes. Ils vivent dans des monastères et transmettent l’enseignement du Bouddha. Le mot Sangha signifie « communauté harmonieuse ». 

Le Dharma

Les sermons et les enseignements du Bouddha pointaient vers la vraie nature de l’univers, ce que l’on appelle dans le bouddhisme le Dharma, le dharma représente les quatre nobles vérités (voir plus haut dans l’article)

Le Bouddha:

Bouddha est la source de tous les enseignements et bénédictions, il est le guide spritiuel de toute les âme perd, et le premier à avoir atteint le nirvana

Si vous voulez devenir bouddhiste de religion ou de spiritualité

Pour un bouddhiste, se réfugier est la première étape sur la voie de l’éveil. Même si l’illumination n’est pas atteinte dans cette vie, on a une meilleure chance de devenir illuminé dans une vie future. Celui qui suit les préceptes est appelé un laïc.

Se réfugier, c’est aussi comme un homme qui voyage pour la première fois vers une ville lointaine. Il aura besoin d’un guide pour lui montrer le chemin à suivre et de quelques compagnons de voyage pour l’aider en cours de route.

Le Bouddha est le guide.
Le Dharma est le chemin.
Les Sangha sont les enseignants ou les compagnons de route.

Il y a une cérémonie spéciale pour se réfugier auprès du Triple Joyau. Avec un esprit sincère, on récite le verset suivant devant un moine ou une nonne ordonné.

Je me rends au Bouddha pour me réfugier.
Je vais au Dharma pour me réfugier.
Je vais à la Sangha pour me réfugier.

Les cinq préceptes de bouddha:

Toutes les religions ou courant spirituels ont des règles de base qui définissent ce qu’est une bonne conduite et quel type de conduite il faut éviter. Dans le bouddhisme, les règles les plus importantes sont les cinq préceptes. Ils ont été transmis par le Bouddha lui-même.

1. Ne pas tuer Respect de la vie
2. Pas de vol Respect de la propriété d’autrui
3. Pas d’inconduite sexuelle Respect de notre nature pure
4. Pas de mensonge Respect de l’honnêteté
5. Pas d’intoxicants Respect de la clarté d’esprit

Bouddha et la roue de la vie:

Les bouddhistes ne croient pas que la mort soit la fin de la vie. Lorsqu’on meurt, la conscience quitte et entre dans l’une des six voies de la renaissance.

Les êtres célestes, les Humains, les asuras, les fantômes, les êtres de feu, sont les six états qui se trouvent sur la roue de la vie.

Au sommet se trouvent les cieux, où tout le monde est heureux. En bas, il y a les enfers où la souffrance est insupportable. Les êtres peuvent s’élever ou tomber d’un chemin à l’autre. Si l’on fait de bonnes actions, on naîtra dans les chemins des dieux, des humains ou des asuras. Si l’on fait de mauvaises actions, on naîtra sur les chemins des animaux, des fantômes ou des êtres de l’enfer. D’une vie à l’autre, on peut soudainement passer d’un humain à un animal ou d’un fantôme à un être de l’enfer, selon les choses que l’on a faites.


Comment s’échapper de la roue qui tourne

La roue de la vie et de la mort est maintenue en mouvement par les trois poisons que sont la cupidité, la haine et la stupidité. En coupant ces trois poisons, nous pouvons échapper à la roue et devenir éclairés. Il existe quatre étapes de l’illumination.

Les Bouddhas – parfaits dans l’illumination.
Les bodhisattvas – s’éclairent eux-mêmes ainsi que les autres.
Pratyekabuddhas – ermites qui se retirent du monde pour s’éclairer eux-mêmes.
Arhats – s’éclairer eux-mêmes.

Bouddha, le bouddhisme et la religion

Photo d'un moine bouddhiste souriant

Le bouddha religieux:

Le bouddhisme est une religion, une philosophie ou une sagesse ? Le Bouddha ne s’est jamais déclaré d’origine divine, ni envoyé par les dieux, ni ayant reçu son message des dieux. Bouddha n’a jamais affirmé qu’il était venu fondé une nouvelle religion. Tout au long de sa vie, et à partir de son éveil, il a enseigné une voix  de libération valable pour tous les êtres.

Avec le temps, le Bouddhisme s’est transformé en une religion, avec ses textes canoniques et ses communautés de moines organisées de manière rigoureuses. Le Bouddhisme est aujourd’hui vécu par l’immense majorité des pratiquants comme une religion. 

Tout au long de son histoire, le bouddhisme en tant que religion a fait preuve de souplesse que l’on ne trouve pas ailleurs, même si on a pu constater des dérives extrémiste comme en Birmanie où les moines ont ordonnés le massacre des minorités musulman.

D’ailleurs c’est à se demander comment une religion qui repose sur la droiture de ces disciples par les actions en est arrivé à un tel extrême

Une religion mondiale:

Le bouddhisme est l’une des religions / philosophies les plus populaires puisqu’il existe plus de 500 millions de pratiquants dans le monde, certain historiens on même formulé l’hypothèse que le Christ aurait été un disciple de bouddha.

A la fois philosophie et religion, les préceptes sont basée sur l’idée que l’expérience de la vie n’est qu’une suite de souffrances causées par nos désirs. C’est aussi l’idée que la fin d’une vie, la mort, n’est en réalité qu’un passage vers le renouveau sous une autre forme, le recommencement dans une autre vie, plus ou moins horrible en fonction du Karma et de la vie précédente. 

Les 4 Nobles vérités bouddhistes site : https://presencebouddhiste.wordpress.com/2015/04/04/les-4-nobles-verites/

. Le bouddhisme fait donc le constat suivant :  ce qui cause notre souffrance c’est nos désirs. Si on ne voulait pas être riche on ne serait pas déçu de ne pas l’être !

Vous souhaitez avoir un bracelet bouddha pour vous rappeler votre chemin dans le bouddhisme et votre attachement à cette religion voir notre guide des bracelets bouddha

Bouddha chinois

Photo d'une statue d'un bouddha chinois

Le  bouddhisme a été introduit en Chine au 1 er siècle. Il ne faut jamais confondre Le Bouddha historique avec le Bouddha rieur ! Le statut qui représente un Bouddha maigre, c’est celui de Siddhârta Gutama, appelé ensuite Gautama Buddha. C’est le Buddha historique et le prophète du bouddhisme.

Le statut que l’on trouve souvent en Chine et qui représente un gros Bouddha ou un bouddha rieur n’est pas celui de buddha mais  plutôt de Budai Chan. Budai Chan ou Bouddha le chinois est un moine assez corpulent réputé pour être un homme très zen, rieur et extrêmement gentil, dont existent plusieurs superstitions concernant sa statue dans le folklore chinois.

Bouddha japonais

photo d'une statue de bouddha en pierre dans une ville au japon

Le bouddhisme a été introduit au Japon au Ve siècle. Ce bouddhisme est très influencé par le bouddhisme coréen et par le bouddhisme chinois. Il existe plusieurs Bouddha au Japon. Les dévinités sont differentes et variées selon les écoles et les sectes. On trouve donc 4 dévinités : les Nyorai, les Bosatsu, les Myo-o et les tenbu.

Les boudhas les plus importants au Japon sont : Le Bouddha fondateur est Shaka Nyorai, Dainichi Nyorai et Amida Nyorai.

Bouddha tibétain

photo d'une statue de bouddha tibétain en bronze

Le bouddhisme tibétain s’est développé au cours du VIIe siècle. Le Bouddha Tibétain ou le ‘ second Bouddha’ est Samantabhadra ( Boudhha primordial de la tradition nyingma). Il exuiste egalement un autre Bouddha au Tibet, c’est Vajradhara ( le bouddha primordial dans les traditions Sarmas).

Voir notre article sur les bracelets tibétains

Quelques citations de Bouddha

  • « Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un; c’est vous qui vous brûlez ».
  • « La douceur triomphe sur la colère, la générosité triomphe sur la méchanceté, la vérité triomphe sur la tromperie ».
  • « Le paysan laboure les champs, l’armurier façonne la flèche, le charpentier courbe le bois, mais le sage se perfectionne lui-même ».
  • « L’esprit est difficile à maîtriser et instable. Il court où il veut. Il est bon de le dominer. L’esprit dompté assure le bonheur ».

Les statue de bouddha:

Les représentations de bouddha se retrouve sous de nombreuses forme (bijoux, peinture, statue). Elles servent de repère religieux et/ou spirituel pour les adeptes. Ainsi on pourra retrouver des statut de bouddha dans des temples, des salles de méditation, ou simple dans des jardins afin de décorer.

Pour en savoir plus retrouver notre guide sur les statuts/ de bouddha par ici.

Author

Thomas est un auteur reconnu en spiritualité sur amazon et dans de nombreux médias. ++ Cliquez sur le nom de l'auteur pour en savoir plus ++

3 Comments

  1. Pingback: E***z

  2. Pingback: B***e

  3. Pingback: T***k

Write A Comment